Vietnam – Dans les bras du Mekong

Après les montagnes de Sapa, la visite de Hanoï et la beauté de Tam Coc, en route pour la dernière étape de notre périple vietnamien. Un saut de puce de 2h en avion depuis Hanoï nous amène à Can Thô au coeur du delta du Mekong! Si de loin on on pensait atterrir dans une ville moyenne, un peu tranquille c’est que l’on était bien mal renseignées ! Can Thô est une ville conséquente de cette province très riche du Vietnam. La présence de tous les bras du Mekong rendent la région très fertile ; l’industrie du riz, des noix de coco et de la banane y est prépondérante.

CAN THO, LES MARCHES & LA VIE SUR LE MEKONG

Logée vers Can Tho au Nguyen Shack nous sommes à pied d’oeuvre pour l’activité phare du coin les marchés flottants. Le réveil sonne à 4h45 du matin (aïe !), il faut 40minutes de bateau pour rejoindre le premier marché. Il fait froid, la pirogue emprunte un petit bras de rivière dans le noir le plus total le tout dirigé à la lampe torche. Au fur à mesure les bras se rejoignent et nous atteignons un des grands bras du Mekong « Song Hâu ».

Le marché de Cai Rang est un marché de gros, le Rungis local, mais sur l’eau! De nombreux bateaux de vendeurs sont amarrés et commenceront à vendre au lever du soleil. Ici on parle par dizaines de kilos! Chacun affiche ce qu’il vend sur un grand bâton vertical, des fois on a du mal à reconnaitre certains légumes aha. Les acheteurs arrivent les pirogues vident prêts à se remplir de 70kg d’ananas ou de chou fleur c’est impressionnant !

La viande et le poisson sont vendus à terre car bien entendu ils ne se conservent pas aussi bien que les fruits et les légumes qui peuvent restées plusieurs jours à bord.

Ensuite direction le marché de Phong Dien cette fois ci ouvert à tous. 7h30 c’est l’heure du petit déjeuner ! Ici pas de toast, de pancakes, mais une soupe cuisinée sur une pirogue. C’est un délice ! On achète aussi des fruits exotiques pour les goûter.

Coup de coeur pour le rambutan que j’avais découvert à Bali déjà, un gros litchi charnu. Le fruit du dragon, des mini bananes et des mangues succulentes.

La nouille de riz est la base de l’alimentation locale et à Can Tho on peut visiter les fabriques de ces fameuses nouilles. Il y a aussi des cacaoraies qui servent surtout à l’exportation vers la France et la Suisse car sur place ils ne fabriquent pas le chocolat tel qu’on aime le manger.

Les trajets en bateau sur les bras du fleuve offrent un spectacle intéressant, le jour s’est levé et l’activité bat son plein. Des rameuses de pirogues traditionnelles, des gros bateaux remplis à ras bord de noix de coco, de riz,… Les maisons sont construites sur pilotis au ras de l’eau on ne peut s’empêcher de penser à ce qui va se passer avec la montée du niveau de la mer. Cest habitations sont souvent assez vétustes.

Et pouf! un sac poubelle vole directement d’une fenêtre au fleuve juste sous nos yeux ébahis! Il n’y a pas que la montée des eaux qui va poser un problème apparement ! Quand le niveau de l’eau descend avec la marée, la ligne d’eau est marquée par les plastiques restés accrochés dans les arbres.

L’aventure en scooter

Après la visite du Delta en bateau, on opte pour le scooter. Une première après midi autour de Can Tho permet de voir plein de petit chemins le longs des rivières et des habitations perdues entre bananier et rizières. Le lendemain, on décide de se faire un gros trip pour aller voir l’autre partie du Delta vers My Tho.

Je vous conseille de plutôt faire le trajet en taxi ou bus jusqu’a My Tho ou Ben Tre et de loger dans le coin car ce parcours a été extraordinaire mais épuisant! La circulation est dingue ! Des milliers de scooters traversent Can Thô, puis un énorme pont, puis la voie rapide pour traverser un fleuve. On s’en échappe dès que possible pour prendre le chemin des écoliers, petits bacs pour traverser la rivières, des petits ponts partout partout tous different mais tous un peu tape-cul!

My Tho, on demande où se trouvent les fameux arroyos car quasi impossible de se repérer. On découvre un petit, mini, bout de rivière boueux avec plein de pirogues colorées. Ok c’est un chouia touristique mais on opte pour une pirogue « privée » et les autres touristes sont vite loin. La balade est magique ! Aller retour de 25 minutes.

Direction Ben Tre pour le déjeuner on ne s’arrête pas longtemps car on a de la route et envie de flâner dans la partie programmée comme étant la plus jolie! Cette fameuse zone se trouve à l’Ouest de Ben Tre. Encore merci à worldwildbrice, je vais essayer de concurrencer ses petits schémas pour vous expliquer :

Le décor est dingue, on roule dans des petites route entourées de palmiers, c’est de plus en plus la jungle autour de nous, avec des fleurs et par moment des grands étendues de rizières et de champs d’oignons. Aucun autre touriste à l’horizon ! C’est indescriptible, il faut le vivre pour comprendre ce qu’on a ressenti pendant cette journée.

Retour à notre logement au coucher du soleil, on retraverse l’enfer de scooters de la grande route et on se glisse sur un hamac sur notre balcon pour savourer la lumière rougeoyante de la fin de journée. What a day! On en a pris plein les yeux! Pause hamac au Nguyen Shack sur le balcon de notre bungalow…

Où se loger ?

Nguyen Shack
Lien last minute ici
L’adresse ne vous aidera pas c’est au Sud de Can Thô (voir mon merveilleux schéma)

Où manger ?

On goûte aux spécialités du Sud du Vietnam, directement à l’hôtel.

Le HotPot <3
Un bouillon sur un réchaud, et on y plonge les aliments, c’est la fondue vietnamienne et c’est un délice !

Poulet citronnelle
Le poulet cuit autour du bâton de citronnelle, saveurs au rendez vous

Etapes précédentes du voyage, les articles à lire :
« Hanoï, capitale incontournable »
« Tam Coc et Cat Ba, trésor entre terre et mer »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.